Témoignage de Patricia l'adoptante de ZARA, des conseils, des excercices ...

Bully (ex Zara) est une tri-patte sortie du refuge d’Alina et Anda le 3 novembre 2018 à 5 ans, après un an et demi d’attente. C’était une chienne extrêmement craintive, qui ne se laissait pas approcher.

J’ai contacté une éducatrice canin cynologiste, une discipline basée sur l’éducation positive,  l’observation du comportement des chiens et l’absence de punition. Mais comment comprend-t-il que ce qu’il fait est mal si on ne le punie pas ? En lui faisant comprendre que l’inverse est beaucoup plus intéressant pour lui…

Avant l’arrivée de Bully nous avons étudié les vidéos envoyées par Alina pour comprendre les signaux d’apaisement que le chien envoie lorsqu’il est très stressé et pour préparer son arrivée.

https://www.facebook.com/RefugeDeAlinaEtAnda.SabineAdoptionChiensDeRoumanie/videos/1246795965463336/

En effet, il est très important de ne pas contraindre nos chiens roumains à leur arrivée, c’est-à-dire de ne pas essayer de les approcher ou de les toucher. Ils le vivraient comme une agression. Ses chiens ont toujours vécu en meute, leurs signaux d’alerte sont donc très visibles car plus vite l’autre chien comprend ce qu’il ressent, plus vite il agira en fonction. Donc si le chien se lèche abondamment les babines, détourne le regard et la tête, est courbé, c’est clairement qu’il a peur et est mal à l’aise et il faut reculer.

Il faut toujours garder en tête que la plupart des chiens n’ont jamais eu aucun contact affectueux avec les Hommes. Pour eux les Hommes représentent les blessures et la mort… Certains chiens chercheront donc à s’éloigner le plus possible des Hommes et donc à fuir. Il faut impérativement avoir une clôture solide et ne jamais le laisser seul sans surveillance dans un jardin…

Le rapatriement a été une très grande source de stress puisque lors des diverses manipulations (contrôles vétérinaires), Bully a paniqué et s’est montrée agressive. Il était impossible pour le transporteur de lui placer le collier et le harnais qu’on nous demande d’apporter. Elle a donc directement été installé dans la caisse de transport puis libéré à la maison. Elle est sortie tout de suite pour se soulager et boire beaucoup d’eau puis s’est couchée sur le coussin qu’on lui avait préparé. Certains chiens ont même peur de sortir de la caisse de transport, il ne faut pas les forcer… Pour le moment cette caisse représente leur seul endroit à peu près sûr. Assurez-vous qu’il ait assez d’eau et laissez le dormir, il en a besoin.

Z1.png

Les trois premiers jours, Bully a seulement dormi et mangé, ça ne révèle en rien le caractère des chiens…

Le premier problème que j’ai rencontré et qu’elle s’est mise à hurler la nuit ou lorsqu’elle était seule. Je n’ai pas d’autres chiens, la présence d’un congénère peut aider mais pas toujours. En suivant les conseils de l’éducatrice j’ai réussi à faire stopper ses hurlements en deux semaines : Il faut ignorer le chien quand il hurle. Si nous venons le rassurer ou lui demander de se taire, il va associer son hurlement à un appel auquel nous répondons et il continuera. En l’ignorant, le chien comprend que même s’il hurle de toutes ses forces, il ne se passe rien… Alors pourquoi continuer ? J’ai également fait en sorte que les heures de repas soient aléatoires. Bully n’était jamais nourrit à la même heure, ça lui évite de régler son horloge interne sur son estomac et de hurler pour appeler la gamelle…

A propos des repas, mon éducatrice  m’a expliqué que Bully est une chienne dite libre, un chien sauvage qui a toujours vécu sans avoir besoin de l’Homme à ses côtés... Elle passait environ 40% de son temps à chercher et défendre sa nourriture, 20% à dormir et le reste à diverses activités.  Il faut donc la stimuler. Pour ça, Bully n’a jamais été nourrit dans une gamelle. Je lui propose ses croquettes dans un tapis de recherche de ce type :

Z4.jpg

Le fait de renifler et de chercher pour un chien représente autant qu’une ballade en termes de dépenses intellectuelles et physiques. Donc pour un chien qu’on ne peut pas encore sortir, c’est l’activité idéale.

Il faut savoir également que pour apaiser son stress, un chien a besoin de lécher (c’est pour cela qu’on trouve beaucoup de plaies de léchage chez les chiens stressés). Pour imiter cette activité et l’occuper à nouveau, j’ai acheté un jouet Kong que je remplie de viande hachée et de fromage puis que je place au congélateur. Bully passe beaucoup de temps à lécher ce jouet, elle l’adore:

Z2.jpg
Z3.jpg

Le lendemain de l’adoption de Bully, nous avons commencé le travail de confiance avec l’éducatrice. Toujours en respectant le rythme de la chienne, j’ai commencé par m’accroupir à quelques mètres d’elle et à lui lancer délicatement des morceaux de steak haché. Evidemment elle s’est levée  et le but de l’exercice était de la faire manger dans ma main. Elle a vite accepté de le faire et chaque fois qu’elle approchait je prononçais son nom pour le lui apprendre. Je n’ai pas essayé de la caresser au début, pour lui laisser le temps d’acquérir cette action et de redescendre du stress du voyage.

Alors qu’elle mangeait dans ma main plaquée au sol, j’ai peu à peu relevé la main puis approché l’autre jusqu’à pouvoir légèrement frôler sa joue, ma main toujours dans son champ de vision. Lorsqu’elle accepta le contact de ma main sur sa joue, j’ai simulé l’action d’une caresse et l’ai dévié vers son menton et son poitrail, deux zones que les chiens adorent.  Il aura fallu environ 3 semaines pour que Bully accepte mon contact toujours avec de la nourriture et quelques semaines de plus pour pouvoir la toucher sans récompenses.

Z4.png

Vous remarquez peut-être que votre chien ne s’intéresse pas aux jouets ou à certaines friandises à mâcher. En effet, même au refuge les chiens devaient défendre leur portion, le fait de mâcher sans manger n’a aucun intérêt au début pour nos roumains. J’ai donc opté pour des os tressés avec une odeur et un gout de poulet ou de bœuf :

z5.jpg

Plus tard et pour l’occuper encore, j’ai choisi le sabot de veau qui a l’avantage d’avoir une odeur très attirante et qui est assez solide pour durer plusieurs jours en m’inspirant de cet article : https://www.cynochon.com/post/friandises-%C3%A0-m%C3%A2cher

Maintenant que la confiance et le contact étaient acquis, j’avais  toujours une Bully sans collier… J’ai introduit l’objet dans son espace de vie et je le manipulais régulièrement à côté d’elle ou en la nourrissant pour qu’elle s’habitue au bruit. Au fur et à mesure je lui proposais de la nourriture dans ma main en tenant le collier dans l’autre et en le rapprochant. Au début quand le collier la touchait elle reculait mais avec du temps et de la patience elle a fini par accepter de passer sa tête dedans desserré jusqu’à l’ignorer totalement. Au bout d’environ 15 jours de travail j’ai pu lui installer pendant une séance de caresses, elle s’est complètement laissée faire.

En parallèle du travail avec le collier j’ai introduit un jeu d’intelligence de niveau 1 qui avait pour but de renforcer notre complicité. Je lui ai donc proposé un plateau de jeu, lui ai montré pendant plusieurs jours le fonctionnement  et aujourd’hui, dès qu’elle le voit, elle saute de joie et me suis partout.

z6.jpg

Je voulais également qu’elle associe cet objet à quelque chose de positif et plus intéressant que tout autre source de stress, de bruit, d’odeur… Bref un objet Joker.

Nous avons ensuite commencé les sorties dans la cour fermée qui donne sur mon jardin et où nous sommes susceptibles de croiser du voisinage mais personne d’autres de l’extérieur. J’ai utilisé une longe de 5 mètres et l’ai entraîné à me suivre avec des friandises doucement, à son rythme. Les éducateurs canins ont d’excellents exercices pour apprendre à bien réaliser le rappel et éviter les erreurs. Ce qui est commun à chacun c’est que quel que soit le temps que le chien mettra à approcher ou revenir, il faut TOUJOURS le récompenser. Bully a vite compris que lorsqu’elle me suivait, elle avait une friandise ou une caresse.

z7.png

Un jour un chat d’un voisin a surgit et Bully a essayé de le courser. Elle a bien sûr été stoppé par la longe et elle est revenue aussitôt à mon rappel, je l’ai récompensé d’être revenue (et non punit d’avoir coursé le chat)…

Evidemment comme c’est super stimulant d’être dehors, le moment de rentrer était toujours difficile. J’avais préparé son plateau de jeu avant, posé en hauteur dans le jardin, et dès qu’elle m’a vu le prendre, elle est rentrée et l’exercice de la longe a pris fin.

L’éducatrice canin est ensuite passée  pour travailler la laisse et la première sorte en rue, un peu stressant pour Bully mais elle a réussi à ignorer les passants, les voitures, les bruits autour d’elle. Le plus difficile était de passer les portes…

z7.jpg

Nos chiens roumains sont intelligents, forts et débrouillards, Bully a appris l’ordre « couché » en quelques jours, mais  ils restent des chiens craintifs et pour la plupart traumatisés. Un jour j’ai acheté un nouveau radiateur, un gros objet noir que j’ai oublié de lui présenter, elle en a eu une peur bleue et nous n’avons plus travaillé pendant une semaine le temps de reprendre confiance et d’accepter l’objet…

Il y aura toujours des retours en arrière, des faux pas. Le meilleur conseil que je puisse donner c’est d’être accompagné par un professionnel et d’être très attentif et très patient avec votre roumain. Tout est nouveau, tout lui fait peur et il doit simplement apprendre que vous êtes là pour lui désormais.

Après deux mois d’adoption, à part moi, seules deux autres personnes ont pu toucher Bully (mon éducatrice canin et mon frère)… La présence d’un éducateur canin rassure, à la moindre question ou au moindre doute, il sera là pour vous et votre chien. Il ne faut pas s’attendre à des résultats instantanés, l’éducation canine prend du temps, ce n’est pas de la magie… Il faudra beaucoup de temps pour que nos chiens puissent vivre la vie qu’ils sont censés avoir.

Je conclurais mon témoignage sur ce que je me suis répétée pour m’encourager au début, quand je ne pouvais même pas approcher Bully tellement elle était terrorisée :

« Les chiens ont été créé et programmé par l’Homme pour vivre avec lui, pour l’aimer… Bully l’a oublié mais cet instinct est là quelque part et je vais l’aider à le retrouver… »... C’est ce que certains des adoptants de chiens roumains appellent « le déclic ».

Alors même si le travail a l’air impossible et dur, n’oubliez pas que ce chien que vous avez adopté, vous lui avez sauvé la vie….

Pat’ & Bully

z8.jpg